L’histoire de l’hôtellerie racontée par votre Hotel à Mulhouse

A quoi un hôtel pouvait-il bien ressembler il y a 200 ans ? Dans cet article, nous vous décrivons brièvement les origines et transformations du marché hôtelier français.
Réception d'un hôtel
21/04/2017

Musée des Beaux-Arts, Musée National de l’Automobile, Ecomusée d’Ungersheim, Musée du Chemin de Fer, nombreux sont les lieux témoignant de la richesse de notre histoire locale. Métropole de la région culturelle alsacienne, Mulhouse fut d’ailleurs l’une des villes françaises qui accueillit les tous premiers hôtels. Mais à quoi un hôtel à Mulhouse pouvait-il bien ressembler il y a ne serait-ce que 200 ans en arrière ? Dans cet article, nous vous décrivons brièvement les origines et transformations du marché hôtelier français.

De l’importance de l’accord d’hospitalité

Il n’y avait point d’appart hôtel à Mulhouse à l’époque des premiers établissements destinés au repos des voyageurs. L’une des pratiques les plus courantes se résumait à un accord d’hospitalité, un document ou une preuve matérielle qui permettait à une tierce personne de séjourner chez un habitant. En effet, le possesseur de ces morceaux (qui se transmettaient de génération en génération) pouvait réclamer l’asile à tout moment. L’hôte, quant à lui, ne pouvait pas refuser cette demande sous peine de voir sa réputation être sérieusement entachée.

Les églises, véritables lieux de refuge

Les églises servaient également de lieu de protection pour les malheureux et les opprimés. Certains lieux de culte accueillaient même les commerçants et leurs montures. Il faut dire que jusqu’à la fin de la Renaissance, l’hospitalité était couverte par le droit d’asile. On remarquera tout de même qu’une belle offrande pouvait permettre aux caravaniers de séjourner dans des conditions de confort optimales.

L’essor des auberges et cabarets

Établissements offrant initialement un lit et un repas aux paysans et vagabonds, les auberges, tavernes et cabarets développèrent par la suite une bien mauvaise réputation en se transformant en lieux de débauche et de jeux fantaisistes en tous genres. Endroits réputés comme dangereux, les auberges, tavernes et cabarets durent se soustraire à une loi visant à assurer clients et bagages en cas d’incident. Ce fut, à l’époque, une véritable révolution !

Le développement du commerce et l’explosion des villes marchandes força progressivement l’hôtellerie à s’adapter et surtout à se restructurer. Les premiers services d’hébergement éphémères ne virent le jour qu’après la Première Guerre mondiale. Malheureusement, notre belle ville ne fut pas épargnée par les affrontements, comme en témoigne la bataille de Mulhouse, qui opposa l’armée française et la 7ème armée allemande en août 1914.